//
Diplomatie, International

La situation en RDC au centre des discussions

Ces derniers jours, la situation en République démocratique du Congo est dans toutes les discussions.

Le pays ne parvient pas à sortir du conflit avec la rébellion du M23.

La situation inquiète les pays voisins, dont l’Angola, mais aussi les instances internationales, dont l’ONU.

Illustration : populations déplacées dans le camp de Monigi à quelque 5 km de Goma, le 18 novembre 2012. Empruntée à l’AFP/Phil Moore.

Un point sur la situation avec une dépêche de l’AFP :

L’ONU a réaffirmé mercredi qu’elle mobiliserait tous les moyens en son pouvoir pour assurer le retour de la paix en République démocratique du Congo (RDC), laissant planer la menace de nouvelles sanctions. « Je ne vais pas préjuger de ce que fera le Conseil de sécurité des Nations Unies mais je suis sûr qu’il utilisera tous les moyens en son pouvoir pour assurer le retour de la paix et de la sécurité en RDC », a affirmé Abou Moussa, le représentant spécial pour l’Afrique centrale du secrétaire général de l’ONU, au cours d’un point de presse à Luanda.

« Et si l’on suit les dernières déclarations du Conseil, il a indiqué qu’il pourrait appliquer des sanctions » contre le mouvement rebelle M23, a ajouté M. Moussa à Luanda, évoquant également une possible redéfinition du mandat de la mission de maintien de la paix en RDC, la Monusco. L’envoyé spécial de l’ONU était en Angola pour assister à la Conférence sur la paix et sécurité dans le Golfe de Guinée, réunion de huit pays de la zone organisée jusqu’à ce jeudi dans la capitale angolaise. « La paix en RDC est cruciale pour la paix en Angola et dans les huit autres pays frontaliers, c’est pour cela que tout le monde doit se mobiliser pour résoudre la situation », a martelé M. Moussa.

« L’Angola a participé à toutes les discussions de ces derniers jours car l’Angola a intérêt au retour de la paix en RDC », a-t-il ajouté. Ces déclarations interviennent alors que circulent depuis plusieurs jours des rumeurs sur l’envoi de troupes ou d’instructeurs angolais en RDC, une information vivement démentie par Luanda. Le ministre angolais des Relations extérieures, Georges Chicoty, a ainsi indiqué mardi lors de l’ouverture de la conférence que le gouvernement angolais privilégiait les solutions politiques et négociées, comme celle mise au point samedi à Kampala, en Ouganda.

A l’issue d’une réunion entre les représentants des pays de la région, le président congolais Joseph Kabila et des responsables de la rébellion du M23, les différents acteurs s’étaient mis d’accord sur un retrait des  rebelles de la ville de Goma (est de la RDC), occupée depuis le 20 novembre. Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité la semaine dernière une résolution appelant à des sanctions contre deux chefs du M23, Innocent Kaina et Baudouin Ngaruye. La résolution, proposée par la France, demande également aux pays étrangers qui soutiennent le M23 de mettre fin à leur soutien aux rebelles. Le Rwanda est notamment, visé même si ses dirigeants nient toute implication dans le conflit.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :