//
Diplomatie, International

Des anciens militaires congolais détenus à Cabinda

ALeqM5hqcAQNQzfkRvpWs5vsaHt-W7wxdg

Une information venue de l’enclave du Cabinda, au nord de l’Angola.

Illustration: Mobutu Sese Seko à l’aéroport de Pointe-Noire en République du Congo le 14 mai 1997. (AFP/File, Eric Feferberg)

Voici les détails avec la dépêche AFP :

Neuf anciens militaires du régime de Mobutu en République  démocratique du Congo (RDC), qui avaient trouvé refuge dans l’enclave angolaise du Cabinda, sont détenus par les autorités angolaises, a-t-on appris jeudi auprès de défenseurs de droits de l’homme.

« Ces ex-militaires ont été arrêtés le 22 novembre et séquestrés jusqu’à la veille de Noël où leurs familles ont enfin été informées de leur  situation », a déclaré à l’AFP Me Arao Bula Tempo, l’avocat de l’un des anciens militaires de nationalité belge.

« Les autorités angolaises les accusent d’avoir voulu mener une action pour déstabiliser la RDC puis l’Angola. Elles les poursuivent pour promotion de la guerre et occupation illégale du territoire « , a ajouté l’avocat et activiste des droits de l’homme à Cabinda.

« Ces hommes, dont un Français d’origine congolaise, s’étaient réunis pour réfléchir à un moyen de venir en aide à l’actuelle armée congolaise en très grande difficulté ces derniers temps », a affirmé Paul Nsapu, le directeur de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme en charge de l’Afrique subsaharienne.

« Ils ont été arrêtés et détenus en totale violation avec les procédures légales. Nous exigeons qu’ils soient présentés devant un juge, comme le prévoit la législation angolaise », a ajouté M. Nsapu, qui craint une extradition des anciens militaires vers la RDC.

Sollicité par téléphone, le ministère des Relations extérieures angolais n’a pas confirmé ces informations et indiqué ne pas avoir connaissance du sujet.

Nombre d’anciens officiers de l’armée de Mobutu ont fui la RDC après la chute du régime par crainte de persécutions et de représailles. Ils se sont réfugiés dans les pays voisins dont beaucoup en Angola et notamment dans l’enclave de Cabinda. Cette dernière, située entre la République démocratique du Congo et le Congo-Brazzaville, est le théâtre de troubles séparatistes et produit 60 % du pétrole de l’Angola. Ne bénéficiant ni de permis de résidence ni du droit d’asile, les anciens militaires y sont en situation irrégulière.

Historiquement bonnes, les relations entre l’Angola de José Eduardo dos Santos et la RDC de Joseph Kabila se sont dégradées ces dernières années en raison de conflits à la frontière entre les deux pays sur la présence d’immigrés congolais illégaux en Angola et l’exploitation des richesses minières et pétrolières. Depuis le début de la rébellion du mouvement M23 en RDC, l’Angola a affirmé son soutien au gouvernement de Kabila, plaidant pour une résolution pacifique du conflit et excluant d’envoyer des contingents sur place.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :