//
Justice, Politique

Du nouveau dans le dossier des « diamants du sang »

Sobas_01_New-1024x834

L’information remonte à la semaine dernière, mais je la signale quand même.

C’est un mini-rebondissement dans le dossier des « diamants du sang ».

Il s’agit d’une affaire judiciaire née d’une plainte déposée par le journaliste Rafael Marques contre des généraux angolais.

Illustration empruntée au site du journaliste Maka Angola: les quatre chefs traditionnels, de gauche à droite, Mwambumba, Zovo, Mwanitete et MwaCapenda Camulemba.

Voici le détail avec l’AFP :

Quatre chefs traditionnels angolais ont déposé mercredi 9 janvier 2013 une requête auprès de la justice demandant la réouverture de l’enquête sur des accusations de « crimes contre l’humanité » visant sept généraux angolais, dans le dossier dit des « diamants du sang ».

« Cette requête demande la réouverture de l’enquête préliminaire, qui a été classée en juin dernier par la justice et concerne les violations des droits de l’homme dénoncées (…) dans le livre +Diamants du sang, corruption et torture en Angola+ », indique le journaliste Rafael Marques, activiste anti-corruption et auteur de l’ouvrage, dans un communiqué envoyé à l’AFP.

Le journaliste accuse les généraux de cautionner des tortures quotidiennes et des homicides commis par les entreprises d’extraction de diamants ou par leur société de sécurité contre la population locale. Le consortium minier de la Société minière du Cuango est notamment visé ainsi que l’une de ses sociétés, Lumanhe, dont les généraux sont des associés.

Les autorités traditionnelles locales, de la région diamantifère des Lundas au nord-est de l’Angola, contestent aussi l’audition du principal témoin cité pour la défense des généraux, « qui a fait de fausses déclarations au nom des chefs traditionnels légitimes », indique le communiqué.

Une enquête avait été ouverte par la justice angolaise après le dépôt d’une plainte par M. Marques le 14 novembre 2011. Les auditions des victimes avaient débuté le 5 mars 2012. M. Marques affirme que l’enquête a été classée en juin, une décision de la justice angolaise dont il dit n’avoir eu connaissance qu’au mois de novembre.

Parmi les sept généraux des Forces armées angolaises incriminés, figure Helder Junior « Kopelipa », ministre d’Etat et chef de la Maison Militaire du président de la République, José Eduardo dos Santos.    Selon la presse portugaise et angolaise, les généraux visés ont  déposé une plainte le 9 novembre dernier au Portugal, où a été publié le livre de M. Marques, contre le journaliste et sa maison d’édition pour calomnie et diffamation.

Rafael Marques dénonce depuis 2004 les abus commis dans le cadre de l’extraction minière dans la région des Lundas, et surtout dans les municipalités de Cuango et Xé-Muteba.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :