//
Economie, International

L’Angola achète 6 avions militaires au Brésil

P1040845

Les affaires marchent bien entre Luanda et Brasilia.

Les deux pays ont annoncé hier leur volonté de développer leurs relations dans le domaine militaire.

Cela commence par une vente de six avions d’attaque et d’entrainement.

Mais il pourrait y avoir d’avoir commandes, alors que les deux pays veulent aussi mettre en place des investissements communs.

Illustration : le ministre brésilien de la Défense Celso Amorim reçu par le ministre angolais des Relations extérieures, Georges Chikoty.

Un point sur cette vente avec la dépêche AFP :

L’Angola a acheté six avions de combat au Brésil alors que les deux pays souhaitent renforcer leur coopération dans le domaine militaire, a annoncé lundi le ministre brésilien de la Défense, en visite dans le pays. « Nous avons déjà livré trois avions, trois autres vont bientôt arriver dans le pays, et il y a un projet de la part de l’Angola d’en acquérir d’autres », a déclaré Celso Amorim à l’issue d’une rencontre avec le ministre angolais des Relations extérieures, Georges Chikoty.

Il s’agit de six avions militaires A-29 Super Tucano commercialisés par le constructeur aéronautique brésilien Embraer, a précisé le ministre brésilien, qui s’est refusé à révéler le montant de la transaction. Selon le constructeur, l’armée de l’air angolaise souhaite utiliser ces avions pour des missions de surveillance aux frontières du pays, qui souhaite lutter contre l’immigration illégale.

« Nous sommes ici pour faire du commerce, bien sûr, mais aussi pour conclure des partenariats à travers des investissements communs en vue de développer nos deux pays », a ajouté M. Amorim, accompagné dans sa visite par une douzaine de chefs d’entreprise du secteur de la défense.

« Notre objectif est de contribuer au renforcement de l’industrie militaire angolaise, notamment par le développement des compétences locales, afin de garantir une plus grande autonomie du pays vis-à-vis de l’étranger », a encore indiqué le ministre brésilien. Celso Amorim a précisé que cette coopération pourrait concerner d’autres activités militaires annexes comme la manutention ou la production d’uniformes.

L’Angola et le Brésil, qui partagent l’usage de la langue portugaise, entretiennent d’anciennes relations diplomatiques et commerciales, comme en témoigne la présence en Angola depuis plus de vingt ans du conglomérat brésilien Odebrecht, actif notamment dans le BTP et l’ingénierie. Ces derniers temps, les deux pays ont annoncé leur volonté de renforcer leur coopération dans divers domaines, dont l’agriculture,  l’éducation ou la santé.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :