//
Diplomatie, International, Politique

Angola, Afrique du Sud et RDC mobilisés pour la paix dans le Nord-Kivu

P1040993

Rencontre au sommet hier à Luanda pour parler de la situation à l’est de la RDC.

Le président angolais, José Eduardo dos Santos (au centre), a reçu son homologue d’Afrique du Sud, Jacob Zuma (à gauche), et le président congolais, Joseph Kabila (à droite).

Ils ont discuté des moyens de mettre en œuvre l’accord d’Addis-Abeba pour le retour de la paix dans le Nord-Kivu.

Les trois présidents ont bien affirmé leur volonté de coopérer mais cette unité n’est que de façade.

L’analyse de cette rencontre diffusée sur RFI :

En apparence, le trio était parfait. Mais en coulisses, les voix des trois présidents africains sont discordantes. Mardi, ils ont annoncé vouloir coopérer pour rétablir la paix en République démocratique du Congo. Dans les faits, seul le président angolais a parlé, laissant un souriant Jacob Zuma et un discret Joseph Kabila au rang de spectateurs. Et aucune mesure concrète n’a été prise, preuve de la difficulté des négociations.

Car en réalité, les trois pays peinent à s’entendre, notamment sur l’envoi de troupes dans le Nord-Kivu pour renforcer la mission de l’ONU. Le président sud-africain a déjà dit qu’il était prêt à contribuer à la future brigade, ce que refuse catégoriquement l’Angola, qui plaide pour une résolution pacifique du conflit, au grand dam de la RDC.

A cela s’ajoute une défiance croissante entre Luanda et Kinshasa, que Pretoria peine à apaiser. La RDC critique le soutient mou de l’Angola, qui chercherait à préserver ses intérêts économiques dans la zone de conflit. Luanda condamne l’incapacité de l’Etat congolais à assurer l’intégrité de ses frontières, dénonçant un flot d’immigrés illégaux. Autant de querelles à dépasser avant d’arriver à la paix.

Les explications données par José Eduardo dos Santos :

Le compte-rendu du sommet avec la dépêche de l’AFP :

L’Angola, l’Afrique du Sud et la République démocratique du Congo (RDC) ont annoncé mardi vouloir travailler au rétablissement de la paix dans la région du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC, à l’issue d’un sommet des trois présidents à Luanda. « En organisant à Luanda une réunion tripartite entre l’Angola, l’Afrique du Sud et la République démocratique du Congo sur des sujets d’intérêts communs, nous ne prétendons pas lancer une nouvelle initiative en faveur de la paix en RDC », a déclaré le président angolais, José Eduardo dos Santos, en présence de ses homologues sud-africain et congolais.

« Nous voulons plutôt réfléchir à la contribution que nous pouvons apporter pour assurer l’efficacité des mécanismes mis en oeuvre dans le cadre de l’accord de paix » signé à Addis-Abeba, a-t-il ajouté, rappelant la nécessité de maintenir la paix et la stabilité dans la région. « Pour ce faire, nous  sommes aussi réunis pour étudier la possibilité de définir un mécanisme de coopération tripartite devant permettre d’articuler notre action dans le domaine politique, diplomatique, économique, social et culturel, dans l’intérêt commun de nos peuples », a-t-il précisé.

Ce sommet intervient après la signature à Addis-Abeba le 24 février d’un accord destiné notamment à renforcer la mission des Nations unies déployée dans le Nord-Kivu (Monusco), déjà l’une des plus importantes au monde avec 17 000 hommes. Signé par onze pays de la région, il prévoit d’adjoindre à la Monusco une « brigade d’intervention » de 2 500 hommes devant combattre les différentes rébellions à l’oeuvre, dont le Mouvement du 23 mars (M23).

Si le président sud-africain Jacob Zuma s’est dores et déjà dit prêt à contribuer à la future brigade, la position de l’Angola est moins claire, le pays soutenant le gouvernement congolais de Joseph Kabila mais refusant officiellement d’envoyer des troupes sur place. Historiquement bonnes, les relations entre l’Angola et la RDC se sont dégradées ces dernières années en raison de conflits à la frontière entre les deux pays sur la présence d’immigrés congolais illégaux en Angola et l’exploitation des richesses minières et pétrolières.

Selon des sources congolaises, des forces angolaises ont bien été envoyées en RDC, ce que Luanda nie formellement, alors que la population angolaise, éprouvée par une longue guerre civile, tient par dessus tout à la paix, revenue en 2002, le pays, et veille surtout à se concentrer sur la reconstruction dans pays.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :