//
Economie, Politique

Le président angolais cité dans une affaire de corruption avec la Russie

poutine_dos_santos

Le rapport fait 166 pages et il a été rendu public hier.

Réalisé par deux associations, il revient de façon indirecte sur le scandale de l’Angolagate.

Le document explique la façon dont l’Angola a remboursé sa dette contractée auprès de la Russie dans les années 1990.

Et il dénonce les agissements d’une société intermédiaire qui aurait détourné de l’argent, ensuite reversé à des personnalités angolaises, dont le président.

Illustration: José Eduardo dos Santos et Valdimir Poutine, empruntée au site Afriquechos.ch.

Le détail avec la dépêche de l’AFP :

Deux associations de lutte contre la corruption ont publié mardi un rapport affirmant le président angolais José Eduardo dos Santos a reçu des millions de dollars de dessous-de-table dans une affaire de remboursement de dette entre l’Angola et la Russie durant les années 1990. Dans ce rapport, l’association britannique Corruption Watch et l’organisation angolaise Maos Livres dénoncent un système de  détournement d’argent portant sur 750 millions de dollars et opéré par une société intermédiaire chargée de liquider la dette angolaise contractée auprès de la Russie.

En 1996, le Mouvement populaire de libération de l’Angola de dos Santos (MPLA, au pouvoir), engagé dans une violente guerre civile, emprunte près de 5 milliards de dollars à la Russie, soit près des deux tiers de sa richesse nationale. La Russie accepte ensuite de renégocier le montant de la dette, ramenée à 1,5 milliard de dollars et qui doit être réglée via un intermédiaire, Abalone Investments, une société créée par le Franco-israélien d’origine russe Arcadi Gaydamak et l’homme d’affaires français Pierre Falcone.

Tous les deux sont par ailleurs impliqués dans le scandale de l’Angolagate, une affaire de vente d’armes à l’Angola entre 1993 et 1998, pour un montant 790 millions de dollars, gagés sur les recettes futures du pétrole du pays. Selon le rapport, la société Abalone Investments aurait détourné une partie de l’argent à son profit, en reversant une autre partie au président angolais, à d’anciens dirigeants de la compagnie nationale pétrolière et à de hauts fonctionnaires.

Dans ce cadre, José Eduardo dos Santos aurait reçu 36,25 millions de dollars, affirment les deux associations, qui ont déposé plainte en Suisse et en Angola pour demander l’ouverture d’une enquête prenant le compte les éléments du rapport. « Nous voulons dénoncer l’usage à des fins privées de ressources publiques qui devraient profiter à la population angolaise et faire en sorte que les personnes ne soient plus protégées par le secret bancaire », a expliqué David Mendes, avocat angolais et président de Maos Livres.

Sollicité par l’AFP, un membre de la présidence angolaise s’est refusé à tout commentaire dans l’immédiat. L’Angola, deuxième producteur de pétrole d’Afrique derrière le Nigeria, est classé à la 157e position sur 174 selon le dernier classement sur la perception de la corruption publié par l’organisation Transparency International. Malgré un taux de croissance du PIB angolaise de 10 % en moyenne sur la dernière décennie, la majorité de la population du pays vit dans une grande pauvreté.

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “Le président angolais cité dans une affaire de corruption avec la Russie

  1. A reblogué ceci sur Global Solution For Business and Management.

    Publié par Philémon Mambu | 17 avril 2013, 20:23

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :