//
Economie, Justice

La politique d’investissement du fonds souverain se fait attendre

P1040242

C’était l’événement de l’automne dernier, le lancement d’un fonds souverain angolais.

Après presque six mois d’existence, la politique d’investissement du fonds tarde à être publiée.

Illustration : José Filomeno de Sousa dos Santos (à gauche) et Armando Manuel (à droite), membre et président du conseil d’administration du fonds lors de son lancement.

Les explications avec la dépêche AFP :

Le nouveau fonds souverain d’investissement angolais, crée en octobre 2012 et doté de 5 milliards de dollars, n’a pas publié sa politique d’investissement dans le délai qu’il s’était fixe, en raison d’un blocage judiciaire, a indiqué mercredi l’organisme.

« Lors de l’annonce de notre calendrier en décembre dernier, qui comprenait la publication de notre politique d’investissement à la fin du premier trimestre 2013, nous ne pensions pas attendre autant la décision finale de la justice sur le recours déposé par l’opposition contre le fonds », a expliqué José Filomeno de Sousa dos Santos, l’un des trois membres du conseil d’administration du fonds.

Officiellement lancé le 17 octobre 2012, le fonds souverain avait fait l’objet d’une requête déposée en décembre 2012 par le parti d’opposition Casa (pour Convergence ample de sauvetage de l’Angola) qui dénonce l’illégalité des trois décrets présidentiels créant l’institution. Le tribunal constitutionnel angolais a finalement rejeté cette requête et validé la création du fonds dans une décision rendue le 8 février dernier et saluée par le fonds souverain. Ce dernier a indiqué que l’exécutif angolais en était à la phase finale d’approbation de la politique d’investissement du fonds, qui devrait être validée prochainement.

« Les secteurs d’investissement analysés comprennent notamment les infrastructures et l’hôtellerie », a confirmé José Filomeno de Sousa dos Santos, par ailleurs fils du président angolais, José Eduardo dos Santos. Alimenté par les recettes de la vente du pétrole, le fonds doit investir en Angola et à l’étranger dans des produits financiers divers (actions, obligations, prises de participation) ainsi que dans des projets de développement.

Depuis sa création, les partis de l’opposition et certains économistes mettent en doute sa capacité à gérer l’argent de façon transparente en raison du niveau de corruption dans le pays, des critiques rejetées par le fonds qui promet une gouvernance exemplaire. Le président angolais José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 33 ans et reconduit à son poste en août 2012, avait annoncé la création de ce fonds en 2008. Avec une moyenne de 1,8 million de barils par jour, l’Angola est le deuxième producteur de pétrole d’Afrique derrière le Nigeria. Malgré cette manne pétrolière, la majorité de ses habitants vit dans une grande misère.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :