//
Economie, Société

Faible hausse du PIB par habitant à prévoir d’ici à 2017

P1030181

L’Université catholique d’Angola a présenté hier son rapport sur l’économie du pays en 2012.

Elle a fait un point sur le développement du pays et les défis à relever d’ici aux prochaines élections en 2017.

Selon les économistes angolais, l’amélioration du niveau de vie de la population sera lente, autour de 200 dollars par an, malgré une solide croissance.

Les explications avec la dépêche de l’AFP :

Le produit intérieur brut (PIB) par habitant augmentera faiblement en Angola d’ici à 2017 malgré une forte croissance économique en raison notamment de l’importance de la corruption, a estimé mardi un universitaire  lors d’une conférence sur le bilan économique du pays en 2012.

« Avec l’hypothèse d’une croissance du PIB de 5% selon le Fonds monétaire international (FMI) ou de 7% d’après le gouvernement angolais, la capacité d’amélioration du niveau du PIB par habitant ne sera pas grande sur la période 2012-2017 », a affirmé Alves da Rocha, économiste de l’Université catholique d’Angola. « Je l’estime à 200 dollars par an dans le premier cas et à environ 300 dollars dans le second », a ajouté l’économiste, qui souligne la nécessité de maintenir le niveau de croissance mais aussi de réformer les mécanismes de redistribution dans le pays, aujourd’hui parasités par la corruption. Le PIB par habitant dépassait légèrement les 5 700 dollars en 2012, selon lui.

Lors de précédentes déclarations en juillet 2012, Alves da Rocha avait estimé que la corruption représentait près de 5% du PIB angolais, soit près de 4 milliards de dollars en 2008. « Le système de répartition de la richesse en Angola n’est pas transparent, ce qui fait que le revenu national ne bénéficie pas aux personnes les plus pauvres », a commenté l’économiste, qui appelle aussi à augmenter les salaires, améliorer les prestations sociales et lutter contre le chômage.

Lors des dernières élections générales d’août 2012, le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), le parti du président José Eduardo dos Santos –au pouvoir depuis trente-trois ans–, a été reconduit pour cinq ans sur la promesse de mieux distribuer les richesses et d’améliorer les conditions de vie de la population.

Lancé en octobre 2012 pour investir dans des projets d’infrastructures et doté de 5 milliards de dollars, le fonds souverain angolais, alimenté par les revenus du pétrole, a par ailleurs annoncé mardi une modification de sa politique d’investissement, qui tarde à être rendue publique. Le fonds, dont le président doit être bientôt nommé, devrait se concentrer sur des projets de développement socio-économique du pays alors que l’exécutif angolais devrait créer une réserve de stabilisation budgétaire devant appuyer ses activités.

Deuxième producteur de pétrole en Afrique derrière le Nigeria, l’Angola a affiché un taux de croissance moyen de 10% par an sur la dernière décennie. Mais les deux tiers de la population vivent avec moins de 2 dollars par jour et le taux de chômage atteint 30%.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :