//
Société

La communauté musulmane dénonce des destructions de mosquées

74556_160298350668985_4764835_n

On entend peu parler de cette communauté en Angola.

Pourtant elle affirme rassembler près d’un million de fidèles.

Et elle explique subir des violences croissantes ces derniers mois.

Illustration : rencontre de femmes musulmanes, empruntée à la page Facebook de Comunidade Islâmica de Angola.

Les explications avec la dépêche AFP :

Le représentant de la communauté musulmane en Angola a dénoncé lundi à Luanda les persécutions menées par le pouvoir contre les pratiquants de l’islam avec la multiplication des fermetures et des destructions de mosquées. « Au niveau national, neuf mosquées ont été fermées par le gouvernement ces derniers mois et certaines ont même été détruites, comme dans la province de Moxico (est) au début du mois », a expliqué par téléphone à l’AFP David Ja, imam angolais à la tête de la communauté musulmane d’Angola.

« Nous sommes victimes de persécutions, nous ne pouvons pas pratiquer librement notre religion, ni prier, ni construire de lieux de prière, alors que c’est un droit garanti par la constitution et la loi angolaises », a ajouté le responsable religieux, ancien catholique converti à l’islam. « A chaque fois, on ne nous donne aucune raison et nos tentatives de sollicitations des autorités locales et nationales sont restées sans réponse », a souligné M. Ja, qui préside la communauté musulmane depuis 2005.

Selon lui, la religion musulmane s’est implantée en Angola en 1967 et a connu une croissance rapide ces dernières années, revendiquant aujourd’hui 900.000 fidèles dans le pays. « Comme nous, il y a plus de 1.000 églises qui attendent d’être légalisées en Angola. Certaines ont été fermées mais la grande majorité continue à exister sans statut légal et le gouvernement ne dit rien », a encore indiqué l’imam.

En Angola, il existe 83 églises officielles, reconnues par le gouvernement, mais plus de 900 autres ont fait une demande de légalisation et sont en attente d’une réponse, selon des chiffres du ministère de la Culture. En janvier, l’exécutif angolais a appelé à un contrôle plus strict de ces églises, certaines étant accusées d’être des sectes, et en a suspendu six. Cette décision est intervenue après la mort de 16 personnes lors d’une veillée de prière qui avait dégénéré en bousculade géante, le 31 décembre. Cette veillée avait été organisée par une église évangélique.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :