//
Politique, Société

Des jeunes appellent à manifester jeudi contre les injustices sociales

P1070049

L’appel a été lancé il y a plusieurs semaines par un groupe de jeunes Angolais.

Lundi, ils ont organisé une conférence de presse pour réaffirmer leur détermination (photo).

Ces jeunes se réclament du mouvement révolutionnaire angolais, un rassemblement apolitique.

Ce dernier est à l’origine des premières manifestations en Angola, en mars 2011.

Le détail avec la dépêche AFP :

Un groupe de jeunes Angolais appelle à manifester jeudi dans le centre-ville de Luanda contre les injustices sociales et l’autoritarisme du régime du président José Eduardo dos Santos, malgré les craintes d’une répression policière. Appelé « Mouvement révolutionnaire angolais » et composé d’étudiants et de jeunes actifs, le groupe critique les démolitions de maisons, les violences policières contre les vendeuses ambulantes, la disparition depuis plus d’un an de deux de ses membres et, plus généralement, l’incapacité de l’exécutif à améliorer les conditions de vie de la population.

« Nous dénonçons également les abus de pouvoir commis par le gouvernement angolais et le népotisme du président de la République, José Eduardo dos Santos, qui a, par exemple, nommé son fils à la tête du fonds souverain angolais », a expliqué Pedro Pedrowski « Teca », l’un des membres du groupe, non affilié à un parti politique. Vendredi, la police nationale a indiqué à la presse angolaise que la manifestation était illégale car convoquée en dehors des heures prévues par la loi sur le droit de réunion et de manifestation, une critique réfutée par les jeunes qui s’appuient sur la Constitution.

Dans un communiqué, Amnesty International a demandé mercredi aux autorités angolaises de ne pas réprimer cette manifestation pacifique, comme c’est le cas régulièrement depuis le début des manifestations dans le pays il y a deux ans. « L’organisation craint que les autorités recourent une nouvelle fois à un usage injustifié de la force contre les manifestants en procédant à des arrestations et des détentions arbitraires », a indiqué l’organisation non gouvernementale.

« Amnesty International est également préoccupé par l’arrestation de Manuel Nito Alves pour diffamation à l’encontre de la personne du président pour avoir commandé l’impression de tee-shirts devant être utilisés pendant la manifestation », a par ailleurs relevé l’ONG. Sur la vingtaine de tee-shirts commandés, le président de la République était qualifié de « dictateur » et la phrase « Peuple angolais, quand la guerre est nécessaire et urgente » était reproduite. « Le jeune mineur, âgé de 17 ans, a été interpellé par la police jeudi et est détenu depuis sans accès à sa famille ni à un avocat, ce qui va à l’encontre de tous les principes légaux », a affirmé à l’AFP le conseil du jeune homme, Zola Ferreira.

Lancées en mars 2011 pour demander le départ du président, les manifestations de jeunes se sont  multipliées l’an dernier avant les élections générales d’août 2012 et elles se poursuivent depuis, le plus souvent réprimées par la police. Sorti d’une violente guerre civile en 2002, l’Angola, deuxième producteur de pétrole du continent derrière le Nigeria, connaît une forte croissance économique mais la majorité de sa population vit dans une grande pauvreté.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :