//
Economie, Société

Débat sur la chasse aux vendeurs de rue à Luanda

CE3B230A-2C7F-464E-8F62-B1673654F10B_w640_r1_s

Ces derniers mois des brigades spéciales ont fait leur apparition dans les rues de la capitale angolaise.

Ce sont des agents de police et du gouvernement provincial chargés de contrôler les vendeurs à la sauvette.

Mais ces opérations de contrôle sont régulièrement très violentes selon l’organisation Human Right Watch.

Illustration: empruntée à Reuters.

Les explications avec la dépêche AFP :

La police angolaise mène régulièrement des actions violentes contre les vendeurs ambulants omniprésents dans les rues de Luanda, les frappant et volant leurs marchandises en toute impunité, a dénoncé lundi Human Right Watch. « Des officiers de police et des inspecteurs du gouvernement, la plupart du temps en civil et sans qu’on puisse les identifier, s’en prennent aux vendeurs ambulants, dont beaucoup de femmes avec enfants, au cours d’opération visant à les faire quitter la rue », explique l’organisation non-gouvernementale dans un rapport.

HRW appelle le gouvernement angolais à faire cesser ces violences policières et à mener les opérations de contrôle dans le respect de la loi et des droits de l’homme. En octobre 2012, le gouverneur de la province de Luanda, Bento Sebastião Francisco Bento, avait déclaré vouloir mettre fin à la vente ambulante anarchique dans les rues de la capitale, créant l’obligation pour les vendeurs de se déclarer auprès des autorités locales. Puis en janvier, il avait annoncé la construction d’une cinquantaine de marchés à Luanda pour accueillir les vendeurs dans des lieux sécurisés et mieux contrôler leur commerce.

Mais les « zungueiras », le nom donné aux vendeuses de rue, refusent de rejoindre ces marchés, trop loin des clients selon elles, parfois même pas encore ouverts, et préfèrent continuer à pratiquer leur activité de façon informelle. Ces derniers mois, le sujet a fait débat dans l’opinion publique, la presse gouvernementale soulignant l’avantage en termes de sécurité et de santé publique si les marchands ambulants sont   réglementés, quand d’autres publications ont critiqué la violence employée contre les vendeurs et l’absence d’une réelle politique publique.

A Luanda, comme dans l’ensemble de l’Angola, le taux de chômage est d’au moins 30% ce qui conduit une grande partie de la population à recourir au secteur informel. Sorti d’une violente guerre civile en 2002, le pays est en pleine reconstruction grâce à sa manne pétrolière. Mais les deux-tiers de sa population vit dans une grande pauvreté, avec moins de deux dollars par jour.

Publicités

Discussion

2 réflexions sur “Débat sur la chasse aux vendeurs de rue à Luanda

  1. Utiliser la violence n’est pas la meilleure manière de déplacer les marchands ambulants. Le gouvernement doit respecter ses engagements c’est-à-dire convaincre ces gens de faire le déplacement dans les nouveaux marchés. En Afrique on a tendance à croire que la police résout plus facilement les problèmes, c’est faux. Au contraire elle abuse de son statut jusqu’à accentuer la colère de la population.

    Publié par saphy | 1 octobre 2013, 11:48
  2. Bien d’accord avec toi. Mais c’est bien difficile car ce sont des habitudes prises depuis longtemps et il faudra du temps pour faire évoluer les mentalités je pense.

    Publié par estellemaussion | 1 octobre 2013, 12:05

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :