//
Justice, Presse

Prison avec sursis pour un journaliste condamné pour diffamation

0,b771b78f-e92b-4bb4-a4b7-951ba6761c0e--r--NjQweDM0Mw==

Le jugement a bien été rendu aujourd’hui.

Le journaliste accusé de diffamation par la police a été condamné à six mois de prison avec sursis.

Son avocat a dénoncé un verdict injuste et annoncé qu’il allait faire appel.

Illustration : photo empruntée à Angop, une action de la police de Cacuaco.

Le point sur cette affaire avec l’AFP :

Le directeur de l’information d’une radio financée par l’opposition angolaise, arrêté après la diffusion en direct de cris d’appels à l’aide provenant d’un commissariat, a été condamné vendredi à six mois de prison avec sursis pour diffamation et calomnie. Il a aussi été condamné pour outrage aux forces de l’ordre et exercice illégal de la presse, a indiqué son avocat Me Africano Cangombe, qui va faire appel.

Queirós Anastácio Chiluvia, directeur de l’information de la Radio Despertar, financée par le principal parti d’opposition, l’Unita, avait été arrêté dimanche après avoir diffusé en direct des cris d’appel à l’aide lancés par des détenus provenant d’un poste de police et entendus depuis la rue. Son avocat a dénoncé « un verdict injuste ». « Il n’a commis aucun crime, seulement exercé sa profession de journaliste », a-t-il souligné, en précisant que son client a été libéré après le paiement d’une caution de 2.000 dollars.

« Les détenus appelaient au secours car l’un d’entre eux, malade de la tuberculose, se trouvait dans un état grave à cause de la surpopulation dans la cellule et des conditions de détention », a pour sa part expliqué à l’AFP M. Chiluvia, ajoutant que l’homme, finalement transporté à l’hôpital, est décédé. M. Chiluvia, 37 ans, a été détenu pendant quatre jours avant d’être présenté à un juge.

Jeudi, l’Institut des médias d’Afrique australe, une ONG de défense de la liberté de la presse, et des partis de l’opposition lui avaient apporté leur soutien et demandé sa libération. Les organisations internationales Human Right Watch et Amnesty International dénoncent régulièrement les violations des droits de l’homme et restrictions de la liberté de la presse dans le pays. Sorti de la guerre civile en 2002, l’Angola est dirigé depuis 34 ans par le président José Eduardo dos Santos, également chef du parti au pouvoir, le MPLA.

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “Prison avec sursis pour un journaliste condamné pour diffamation

  1. Affligeant de voir que rien n’évolue sur le thème de la liberté de la presse avec certains régimes africains.

    Publié par pierrick | 13 février 2014, 11:40

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :