//
Economie

L’affaire Espirito Santo en Angola

0,caf3644d-dac3-4717-9dbc-2dc11cd77ec3--r--NjQweDM0Mw==

Cet été la banque Espirito Santo au Portugal a fait les gros titres de la presse.

Son groupe de référence, la famille éponyme, a été épinglé pour mauvaise gestion, ce qui a entraîné de graves difficultés pour la banque.

Au bord de la faillite, celle-ci a dû être sauvé par l’Etat portugais à travers une injection de 4,9 milliards d’euros.

Mais l’affaire est loin d’être terminée, en Europe comme en Angola, où la filiale de la banque portugaise doit elle aussi rendre des comptes.

Illustration empruntée à Angop.

Les détails de cette histoire avec la dépêche AFP :

Les autorités angolaises sont en train d’étudier les comptes de la Banque Espirito Santo d’Angola (BESA), filiale de la banque portugaise du même nom, sauvée de la faillite par Lisbonne début août, a-t-on appris mardi à Luanda.

« La banque centrale angolaise a nommé des administrateurs pour analyser le bilan de la banque et ils doivent rendre leurs conclusions dans les plus brefs délais « , a déclaré Naoyuki Shinohara, l’un des directeurs adjoints du Fonds monétaire international (FMI), lors d’une conférence de presse dans la capitale angolaise.

Soulignant que les difficultés de la banque ont eu un « impact limité sur les marchés », M. Shinohara s’est dit « confiant dans la capacité des autorités à prendre des mesures pour résoudre la situation ». Début août, le gouverneur de la banque centrale angolaise, José de Lima Massano, avait annoncé l’adoption de « mesures extraordinaires d’assainissement » de la banque, l’un des plus importants établissements privés du pays.

Il avait notamment indiqué que la garantie étatique accordée à BESA pour un montant de 5,7 millions de dollars serait levée, tout en rejetant la possibilité d’une entrée de l’Etat angolais au capital de la banque.

Selon le journal économique angolais Expansao, BESA doit réaliser une augmentation de capital de 2,7 milliards d’euros après avoir enregistré une perte de 355,7 millions d’euros au premier trimestre 2014, notamment en raison de crédits non recouvrés. BESA est détenue à 55,7 % par la banque portugaise Espirito Santo, dans la tourmente depuis plusieurs mois et qui serait exposée en Angola à hauteur de 4 milliards d’euros.

Ebranlée par la révélation de sa mauvaise gestion, la banque portugaise a été sauvée de la faillite par Lisbonne début août, grâce à une injection de capital de 4,9 milliards d’euros de l’Etat. Les actifs sains de la banque ont été regroupés dans une nouvelle entité, Novo Banco, gérée par le Fonds de résolution des banques portugaises, les actionnaires privés du groupe Espirito Santo étant chargés de liquider les actifs toxiques.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :