//
Diplomatie, International

L’Angola participera à la mission de maintien de la paix en Centrafrique

14448729186_e7692e40fe_z

C’est une grande nouveauté diplomatique pour Luanda.

L’Angola va envoyer des troupes en Centrafrique dans le cadre de la mission des Nations-Unies pour le maintien de la paix dans le pays.

L’annonce a été faite en fin de semaine dernière à New-York par le vice-président puis confirmée hier par le ministère des Relations Extérieures.

Illustration : mise à disposition par la Minusca.

Le détail de cette décision et de ces implications avec la dépêche AFP :

L’Angola va participer pour la première fois à une mission de maintien de la paix des Nations unies, en envoyant des troupes en Centrafrique, a-t-on appris lundi à Luanda auprès du ministère des Relations Extérieures. « Ce sera une participation avec l’envoi d’une force significative sur le terrain en réponse à une demande du gouvernement de transition de la République Centrafricaine et des Nation unies, notamment des Etats-Unis », a indiqué à l’AFP, Joaquim do Espirito Santo, le directeur Afrique du ministère des Relations Extérieures, sans toutefois préciser l’effectif du contingent angolais. « Nous devons donner l’exemple et renforcer la présence de la mission afin d’assurer la paix dans le pays », a ajouté Joaquim do Espirito Santo, précisant que les troupes pourraient être sur place en décembre.

Vendredi, Manuel Vicente, le vice-président angolais, qui représente son pays à la 69e Assemblée générale des Nations unies organisée jusqu’au 3 octobre à New-York, avait fait des déclarations dans ce sens. Cet engagement militaire hors du territoire angolais constitue un changement de cap dans la politique extérieure pratiquée par l’Angola ces dernières années. Jusqu’à présent, le pays, deuxième producteur de pétrole du continent derrière le Nigeria, limitait son action à une aide humanitaire, financière, voire de la formation militaire, refusant catégoriquement l’envoi de troupes. Dans son discours lundi devant l’Assemblée générale, le vice-président angolais a promis une « contribution effective à la paix et à la sécurité dans le monde » si son pays était élu membre non-permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, une position convoitée depuis longtemps par l’Angola.

Depuis le 15 septembre, la mission de stabilisation des Nations unies en République centrafricaine (Minusca) a pris le relais de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) dirigée par l’Union Africaine. La Minusca doit compter 7.600 hommes dans un premier temps puis 12.000 terme, mais elle peine, comme la Misca avant elle, à rassembler les effectifs prévus. Dans le passé, l’armée angolaise est déjà intervenue hors de ses frontières, notamment au Zaïre devenu la République démocratique du Congo (RDC). En 1997, le président angolais avait envoyé des troupes pour aider la rébellion qui marchait sur Kinshasa pour renverser le maréchal Mobutu et ainsi favoriser l’accession au pouvoir de Laurent-Désiré Kabila.

L’année suivante, il renvoyait un contingent pour soutenir Kabila menacé par les forces rwandaises qui, pourtant, l’avait aidé l’année précédente à renverser Mobutu au sein d’une coaltion régionale qui, outre l’Angola, comptait notamment l’Ouganda et le Zimbabwe. En 1997, l’Angola avait également envoyé au Congo-Brazaville des forces en soutien aux miliciens de Denis Sassou Nguesso, entrainant le renversement de Pascal Lissouba, président élu en 1992 après l’instauration du multipartisme.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :