//
Economie, Politique

L’Angola adopte son budget 2015 de crise

0,69f1f6d0-3617-49a4-bd80-cde488928466--r--NjQweDM0Mw==

Le vote a eu lieu hier matin à l’Assemblée nationale.

Sans surprise, le budget révisé a été adopté avec les voix du MPLA et d’un des partis de l’opposition, le FNLA.

L’exécutif explique que les programmes essentiels seront maintenus.

Et le gouverneur de la banque centrale a affirmé que les objectifs de croissance fixés étaient réalistes.

Mais l’opposition et la société civile sont sceptiques.

Illustration : empruntée à Angop.

Le point sur le sujet avec cette dépêche :

L’Assemblée nationale angolaise a adopté jeudi à Luanda un nouveau budget 2015 amputé d’un quart, à 5.454 milliards de kwanzas (environ 51 milliards de dollars), en raison de la chute du cours du pétrole depuis le dernier trimestre 2014. Les députés ont adopté le budget 2015 révisé par 154 voix pour et 40 voix contre, a indiqué l’Assemblée nationale sur son site. Les votes opposés au texte émanent de trois des quatre partis d’opposition représentés au Parlement.

L’Angola, deuxième producteur de pétrole d’Afrique, avait prévu un budget de 7.251 (environ 68 milliards de dollars). Les investissements publics ont été coupés de 45%. Dans ce contexte de crise, la prévision de taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) a été ramenée de 9,7 à 6,6% et celle de l’inflation a augmenté de 7 à 9%. Le déficit public se maintient à 7% du PIB et le pays va devoir emprunter pour trouver les 806,5 milliards de kwanzas (environ 7,5 milliards de dollars) manquants pour équilibrer ses comptes.

« Le budget prétend vouloir diversifier l’économie mais il ne se donne pas les moyens de le faire, certains secteurs comme l’agriculture continuent à être oubliés », souligne Raul Danda, le président du groupe parlementaire de l’Unita, principal parti d’opposition. « Si cette diversification n’a pas été engagée lorsque nous en avions la possibilité, elle ne risque pas d’arriver maintenant que la situation économique est plus difficile », ajoute le député.

Le budget 2015 devait pour la première fois depuis le retour de la paix dans le pays en 2002 donner plus de moyens aux secteurs sociaux qu’aux forces de l’ordre. Cette promesse a été abandonnée, la défense et la sécurité recevant 15% des dépenses totales contre 13% pour la santé et l’éducation. A titre de comparaison, la Zambie consacre près de 15% de ses dépenses publiques à la santé et le Mozambique plus de 20%, soulignent deux associations, l’Action pour le développement rural et durable et l’Observatoire politico-social de l’Angola.

Le pays, qui maintient sa prévision de production de pétrole à 1,83 million de barils par jour, a connu une forte croissance cette dernière décennie grâce à son or noir. Mais 54 % de sa population vit encore avec moins de deux dollars par jour.

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :