//
Société

22 morts dans des affrontements entre la police et une secte

0,9dc53aac-def7-41ad-a7f8-e5b97e27c7ef--r--NjQweDM0Mw==Ces derniers jours ont été marqués par des violences entre les forces de police et des membres d’une secte dans la région de Huambo.

Les affrontements ont eu lieu la semaine passée et ils se sont poursuivis cette semaine.

Hier, le commandement de la police de Huambo a annoncé que des fidèles du mouvement religeux avaient attaqué un poste de police communal.

Trois personnes ont été interpellées. La semaine dernière, ces violences ont tourné au drame.

Illustration: des fidèles de la secte, empruntée à Angop (Frank Beu).

Le récit des événements avec la dépêche AFP :

Une opération de police menée dans la région de Huambo, au centre de l’Angola, s’est soldée par la mort de 22 personnes, 9 policiers et 13 membres d’une secte évangélique appelée « Septième jour, la lumière du monde », ont rapporté mercredi les médias angolais citant la police. Le 16 avril, la police s’est rendue dans la localité de São Pedro Sumé, où des centaines de membres de la secte vivent reclus, pour interpeller Julino Kalupeteka, le dirigeant de ce mouvement religieux illégal car non reconnu par les autorités angolaises, a expliqué Paulo Gaspar de Almeida, le commandant général de la police nationale, cité par l’Agence angolaise Angop.

A leur arrivée dans la zone, les policiers ont rencontré une forte résistance et la tentative d’arrestation a donné lieu à des affrontements meurtriers pendant près de trois heures, a ajouté le représentant de la police, qui a finalement arrêté le chef de la secte. « Les 13 civils décédés sont des personnes qui ont ouvert le feu, elles appartenaient à la garde du leader Kalupeteka et avaient pour objectif de neutraliser et déstabiliser l’opération policière », a déclaré Paulo Gaspar de Almeida.

Ce drame a provoqué une vive émotion dans le pays, les agissements de la secte ayant été unanimement condamnés par le président de la République, José Eduardo dos Santos, son parti, le MPLA, ainsi que les principaux partis de l’opposition, dont l’Unita. Mais cette tragédie a aussi donné lieu à une passe d’armes politique entre MPLA et Unita. Le premier, par la voie du gouverneur de la province de Huambo, a accusé le second de soutenir en sous-main la secte pour créer de l’instabilité, une affirmation vivement rejetée par l’Unita.

Selon l’agence de presse angolaise Angop, la secte incriminée, qui prévoit la fin du monde pour cette année et incite ses fidèles à vivre coupés du monde, est une branche dissidente de l’Église adventiste du septième jour et compte 3.700 fidèles en Angola. Dans le pays, 83 églises, toutes chrétiennes, sont officiellement reconnues. Mais le ministère de la Culture estime que près de 1.200 autres organisations religieuses, dont de nombreuses sectes, existent, qu’elles aient fait ou non leur demande de légalisation.

La majorité des plus de 24 millions d’Angolais se disent catholiques, héritage de la colonisation portugaise, mais les Églises évangéliques drainent de plus en plus de fidèles et bâtissent des cathédrales géantes, comme en Amérique latine.

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :